Le Blog de Sylvaine Delacourte.

Menu & Recherche

LE OUD est il fini ? article de Nathalie Pichard

Tendances parfums : le oud est-il fini ?

Visiter, former des équipes de vente à la Mecque du parfum, Dubaï, m’a donné envie de m’interroger sur l’avenir du oud.

Je ne choquerai personne en disant que le oud en parfumerie est devenu aussi banal que la rose ou le musc.

Depuis sa sortie en France en 2002, dans le très bon mais feu M7 (d’YSL), le oud n’a fait que des émules … poussées par quelques Tom Ford (ex-YSL …) et Juliette has a Gun, qui, les premiers, avaient senti combien leurs ouds ‘à la Française’ pourraient plaire aux nouveaux consommateurs du Moyen-Orient.

Depuis plus de 10 ans, le nombre de parfums oudés est apparu aussi démesuré qu’incalculable. La note quasi ‘chameau’, pour caractériser un chouya les différentes facettes du oud, a été si stretchée et ce, dans les tous les sens, que la ‘bête’ a fini par … capituler !

Vrai oud, faux oud, il s’est rendu incontournable dans les parfums. Aujourd’hui, peu de marques peuvent se targuer de ne pas être tombées dans ce qu’il faut bien appeler du oud business. Oud ceci, oud cela, … le oud est un des ingrédients le plus trickle downé de la parfumerie : le oud est partout, dans les parfums mainstream, de niche, dans le mass, et même dans la parfumerie fonctionnelle (oui, dans les produits Persil, Dettol etc.).

Voilà le signe évident d’une perte de vitesse et de valeur d’une matière originellement décrite comme ‘rare’ !

Il n’y a qu’à arpenter les allées du fameux Mall de Dubaï pour se rendre compte que le oud ne fait plus partie du folklore olfactif comme avant. Certes, certaines marques locales font encore brûler leurs bakhoors sur le stand de parfums, mais leurs effluves se perdent dans l’odeur propre voire aseptisée du Mall. Le volume du oud a largement baissé. Overdose ?

En partageant avec les Beauty Consultants et les Clients, pour la plupart Emirati, on sent que les goûts ont évolué devenant plus consensuels, voire plus lisses. Certains clients, les vrais connaisseurs, disent même que les marques internationales devraient arrêter le Oud ! Ils en ont ‘marre’ ! Les vendeurs sont bien placés pour assister à la montée en puissance de parfums fleuris, tubérosés, aldéhydés, fruités, boisés, doux,… que j’ai sentis partout et dans toutes les marques, me donnant le sentiment que la parfumerie mondiale se ‘standardise’, et également, que la parfumerie européenne illumine le cœur des plus sombres. Les parfums dits ‘locaux’ ressemblent finalement de plus en plus aux ‘nôtres’.

Le oud sombre, sexuel, animal se perd, nuancé de douceur, de fleurs blanches et de muscs, de cuir ‘neuf’. Le oud devient propre comme jadis le musc. La note chevrette du ‘oud’ s’affirme plus chaste, prenant de nouvelles teintes chatoyantes : Des Ombre Rose se dessinent, des Teint de Neige se dévoilent et desWhite Suede se dédoublent… signe que le oud a perdu sa force, sa personnalité, ses couleurs originelles au lavage.

Oud, où es-tu ? Es-tu fini ? Ne t’inquiète pas, c’est le cycle naturel des matières de parfumerie qui suit celui de la mode : vie, mort, renaissance etc. Demain, les parfumeurs te remplaceront et tu rentreras dans le portfolio des matières classiques… à revisiter.

Le oud est mort, vive le oud !

Merci

Bien à voud J

Nathalie

toPNotes

depuis 2009

Nathalie Pichard

Formation Vente Parfum Sur Mesure

Web Fragrant Newsletter

Tags d'article
Sylvaine Delacourte

Nez, parfumeur, passionnée par Guerlain.

Articles liés

ToPNotes News Letter N° 69 septembre 2018 – Nathalie Pichard

Pour continuer la lecture ...Citations parfumsHistoire de l’Heure Bleue et…

Ma collection Vanille

Un an et demi après le lancement de ma collection…

Sources d’inspiration

On me demande souvent d’où vient la naissance d’un parfum, …

Fil de discussion post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tapez votre mot-clé de recherche, et tapez sur Entrer pour rechercher