Le Blog de Sylvaine Delacourte.

Menu & Recherche

Histoire de l’Heure Bleue et Heure de Nuit

L’Heure Bleue (1912), le premier floral oriental

Jacques Guerlain

 

 

 

L’heure bleue, il faut l’avoir vécue pour la ressentir. Elle est bien plus qu’un crépuscule. C’est un hommage à la douceur et à l’harmonie du paysage bucolique. C’est un impressionnisme romantique cristallisé dans un parfum.

 

Jacques Guerlain avait pour habitude de longer les quais de Seine pour rentrer chez lui. C’était un moment privilégié où il s’abandonnait songeur à la solitude et à son enfance. Nous sommes en 1911, à la croisée du romantisme et de la première guerre mondiale, baignés dans une atmosphère incertaine. Chaque instant, chaque émotion se fait intense. Et si c’était la dernière ? Le monde oscille entre stupeur, effrois et désir de paix.

 

Suspendu par le temps, Jacques contemple l’harmonie du soir advenant. La tombée de la nuit, sous des airs d’enchanteresse, ombrage le soleil de son manteau velours. Le silence submerge le fracas citadin.  C’est le moment où le ciel a perdu son soleil mais n’a pas encore trouvé ses étoiles. C’est un moment de douceur et d’infinie tendresse, de nostalgie aussi. Les oiseaux se sont tus et nulle différence ne se fait entre les divers éléments du paysage, même pas l’homme. Tout se confond, tout s’immobilise. Le jeu d’ombre et de lumière ne répond plus. Tout est bleu crépusculaire.

À peine avait-il eu le temps de respirer que, déjà, cet instant lui avait échappé des mains. Ému, Jacques éprouve le sentiment singulier et vertigineux que tout peut s’arrêter. C’est l’ultime période de tranquillité avant la guerre. Qui, mieux que lui-même, peut nous le conter ? Écoutons ses mots…

« Le soleil s’est couché, la nuit pourtant n’est pas encore tombée. C’est l’heure suspendue, l’heure où tout est silencieux, l’heure où l’homme se retrouve en harmonie avec le monde et la lumière. Dans cette lumière d’un bleu profond, tout, le tremblement de l’air, les feuillages qui frémissent, les ondulations presque invisibles de l’eau, se concentre afin d’exprimer un amour, une tendresse infinie. »

 

Mais les mots ne lui suffirent pas… Le lendemain matin, il se rendit au laboratoire de son père avec la fervente intention de redonner vie à ce fugace instant de grâce. Durant une année, Jacques travailla obstinément pour capter cette alchimie crépusculaire. Bien plus que l’harmonie d’un soir, c’est une émotion lointaine et viscérale que Jacques essaye de capter et de matérialiser.

C’est dans les yeux de sa femme Lily, pour qui il éprouvait une admiration sans failles, que Jacques puisa son inspiration. La beauté de sa femme le fascinait, ses yeux et sa blondeur notamment. Lily était une beauté mystérieuse.

 

Silencieux et faussement timide, ce parfum ensorcelle par son sillage suave, doux et captivant. Il est un hommage à cette inoubliable heure bleue crépusculaire. Cette heure bleue de l’entre deux-mondes, (le romantisme et la guerre) cette heure bleue à la fois grave, tangible et voluptueuse. Elle évoque une femme gracieuse, à la sensualité et au charme discret mais tenace,qui s’avoue pudiquement.

 

Heure de Nuit 

 

l_heure_de_nuit_guerlain_16f10a8691

Nouvelle création vendue dans la gamme des exclusifs: Les Parisiennes a été créée pour célébrer les 100 ans de L’Heure bleue.

Version plus contemporaine, plus souriante en note de tête, que son aînée, musquée et très douce.

Les muscs blancs viennent se mêler à l’iris si racé. La note héliotrope, alliée à la fleur d’oranger pour prendre des accents de guimauve, teinte la facette poudrée d’une note gourmande légère comme un voile. Tout l’esprit de l’heure bleue s’exprime dans ce parfum, version aquarelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags d'article
Sylvaine Delacourte

Nez, parfumeur, passionnée par Guerlain.

Articles liés

Sources d’inspiration

On me demande souvent d’où vient la naissance d’un parfum, …

Histoire d’Amour de Jicky / Mon exclusif

JICKY (1889), Aimé Guerlain C’est durant l’année 1889 qu’Aimé Guerlain,…

Hommage à Jacques Guerlain

Ce poste est la traduction d’un énorme travail réalisé par…

Discussion about this post

  1. Géraldine dit :

    Ah l’Heure bleue, mon grand coup de coeur, mon sublimateur. J’ai pourtant essayé de lui être infidèle à plusieurs reprises. Mais s’y suis toujours revenue et chaque fois avec plus de plaisir. Cette petite note subtilement travaillée qui me parachève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tapez votre mot-clé de recherche, et tapez sur Entrer pour rechercher