Le Blog de Sylvaine Delacourte.

Menu & Recherche

DUEL : Synthèse/ Naturel

Les produits de synthèse

Il y a 2 types de matières premières de synthèse :

–  celles obtenues uniquement par réactions chimiques : esters, aldéhydes, lactones, muscs macrocycliques comme pour certains muscs blancs, méthylionones pour les notes violettes, etc.

– les isolats provenant de produits naturels, comme l’indol que l’on trouve dans le jasmin, le géraniol dans la rose ou le géranium, le linalol et l’acétate de linalyle dans la lavande et la bergamote, certains muscs trouvés dans le musc animal.

De nombreuses matières premières de synthèse sont des constituants de produits naturels

Qu’apporte la synthèse ?

1°) Elle apporte de la créativité :

La synthèse apporte des notes originales au parfum, comme les aldéhydes ou les notes marines par exemple. Elles enrichissent donc la palette du parfumeur et donnent de l’abstraction au parfum.

On compte environ 3000 produits de synthèse.

La synthèse est présente de réels avantages : Les produits de synthèse peuvent être obtenu à tout moment dans les quantités que l’on souhaite.

Elle permet au parfumeur de reproduire des notes florales odorantes trop fragiles pour être distillées, notamment des fleurs qui ne livrent pas leur âme comme le muguet, le lilas, le freesia, le lys, le chèvrefeuille, le gardénia, la glycine, la pivoine, la fleur de violette etc. 

Elles permettent aussi de reproduire l’odeur de fruits dont l’essence est impossible à extraire comme la fraise (C16), la pêche (C14), la noix de coco (C18), la prune, la framboise (frambinone) etc., à quelques exceptions près.

2° Elle améliore la ténacité, apporte de la puissance et du sillage au parfum

Elle sublime les notes naturelles : par exemple, pour relever une vanille naturelle d’un effet gourmand qui évoque une pâtisserie, on ajoutera un ingrédient comme l’éthyl-maltol qui sent le caramel 

-Grâce à la recherche et aux avancées de la chimie, on parvient à concevoir des ingrédients qui ont d’emblée un extraordinaire pouvoir d’évocation. Les parfumeurs sont de plus en plus en quête de «naturalité» que paradoxalement certains naturels ne peuvent pas leur offrir.

ex : une note d’hédione sublimera mieux la rose et apportera plus de naturalité (fraicheur de la rosée du matin) que de la bergamote ou du citron !

Certaines nouvelles molécules de synthèse sont très appréciées actuellement :

Les muscs blancsqui donnent des notes ‘doudou’, des notes ‘cashmere’ des notes ‘bébé’…

Des notes addictives, puissantes, diffusives comme le cashmeran ou l’ambroxan.

Des notes sucrées comme le caramel : l’ethyl-maltol

Des notes boisées nerveuses ambrées qui plaisent aux hommes ! Comme le limbanol ou le cédramber ou ambrocénide, karanal ou Z11

Les vraies notes « oud » sont rarement naturelles (très chères!) remplacées souvent par un assemblage avec naturel et synthèse.

Cependant, certaines idées reçues ont la vie dure, comme celle qui voudrait qu’une fragrance de qualité ne soit que naturelle. Sans les ingrédients de synthèse, la parfumerie moderne n’existerait pas.

Sans les aldéhydes, N° 5 de Chanel n’aurait jamais vu le jour.

 Sans la coumarine, la vanilline et le linalol, le premier parfum moderne Jicky de Guerlain n’aurait jamais existé…

Sans l’éthylvanilline, Shalimar de Guerlain n’aurait pas offert un sillage si mémorable

 Eau Sauvage de Dior sans l’hédione (note florale extrêmement florale transparente et jasminée) non plus !

ou Acqua Di Gió sans la calone (qui reproduit l’odeur de mer et l’iode) !

Mitsouko de Guerlain, ne serait pas aussi parfait sans la note La note fruitée pêche (aldhéyde C14) a été utilisée pour la première fois dans cette fragrance.

Ci-dessous, quelques produits de synthèse utilisés couramment :

  • Damascone Alpha, à l’odeur pomme-cidre, employé dans Nahema de Guerlain et Jardins de Bagatelle de Guerlain
  •  
  • Ethyl-maltolMaltol, molécules à odeur sucrée, caramel, utilisée dans Angel de Thierry Mugler ou dans La Vie Est Belle de Lancôme, La Petite Robe Noire Intense de Guerlain
  • Dihydromyrcénol, note d’agrumes frais, moderne. Ex : CK One de Calvin Klein, Cool Water de Davidoff
  • Héliotropine – odeur de colle blanche, d’amande. Ex : L’Heure Bleue de Guerlain, Après l’Ondée de Guerlain)
  • Galaxolide – musc poudrée, fruitée mûre, propre ,Ex : White Musk de The Body Shop
  • Cis 3 hexenol – odeur d’herbe coupée.  Ex : Herba Fresca de Guerlain

Objections sur la synthèse

On entend souvent ces commentaires : « Un bon parfum, c’est un parfum qui ne contient que du naturel » ou « les nouvelles fragrances sont toutes synthétiques !.» 

: La synthèse ne doit pas être considérée comme négative, même si par ailleurs le naturel possède une vraie valeur ajoutée !

On entend aussi, « la synthèse, c’est moins cher »

: L’irone est une molécule de synthèse qui existe dans l’iris et elle coûte aux environs de 2000 € le kilo.

Une molécule de « luxe » à odeur poudrée (musc blanc) coûte environ 600 €, alors qu’une essence naturelle de lavande coûte 150 euros le kilo, celle de néroli, 3000 euros et une essence d’orange seulement 10 € !

Il faut savoir qu’il faut parfois plusieurs années de recherche au moyen de techniques très sophistiquées pour parvenir à découvrir certaines molécules odorantes intéressantes pour les parfumeurs et pouvant être produites ensuite à grande échelle.

LE NATUREL

On compte environ 1000 matières naturelles !

Le naturel est soumis aux conditions climatiques ou autres catastrophes : les récoltes peuvent subir des pénuries : par exemple : durant le grand tremblement de terre en Iran, toute la récolte de Galbanum a été anéantie.

Chaque année, de nouvelles matières premières naturelles sont découvertes ou re-découvertes :

Des classiques re-visités comme le patchouli clair ou cœur de patchouli : un patchouli débarrassé des notes terreuses et vieillottes.

Récemment de belles notes fruitées naturelles sont disponibles : ester de poire pomme etc..

Nombre de produits naturels nouveaux ont permis aux parfumeurs créateurs d’aller de l’avant avec des accords inédits, en exemple le bourgeon de cassis (1970) utilisé pour la première fois dans Chamade Guerlain.

L’absolu aiguilles de pin du Canada, l’absolu Algues, absolue Eucalyptus etc..

Il serait faux de dire que les produits naturels peuvent être remplacés par des produits de synthèse sachant que, par exemple, une rose naturelle peut contenir jusqu’à 700 molécules donc irremplaçable par la synthèse ou par un accord.

En revanche, quand la nature ne permet pas la distillation de certaines fleurs, le parfumeur est capable de recréer certaines notes ex : le muguet, le seringa,  le lilas, le gardenia, …

  • Le naturel donne un supplément d’âme au parfum !
  • Il vit avec la peau, il créé une alchimie unique, il possède des vibrations. Il évolue !

On pourrait dire que : « C’est la femme ou l’homme qui met en valeur son parfum. Un même parfum sur différentes peaux est parfois méconnaissable, ou à l’inverse sublimé, exquis !

 Par contre le naturel est moins sable que le produit de synthèse. En fonction du climat, du sol, du traitement de la matière première, la qualité peut être différente d’une année sur l’autre, d’où la création de communelles.

Sachez qu’un parfum pour bébé contient très peu de produits naturels (pour la peau d’un bébé, évitons les allergies dues aux essences naturelles, et par ailleurs les matières de synthèse « sensibles » sont évitées également !)

Un parfum 100% naturel est difficile à travailler et parfois, a du mal à tenir et à diffuser. Certains sont réussis mais d’autres peuvent sentir la pharmacopée ou être rêches…il sera aussi très couteux quand il est réellement 100% naturel.

Parfois un parfumeur va privilégier dans une formule, des produits de synthèse plus « modernes que des « huiles essentielles naturelles » qui peuvent faire parfois « vieillottes » !

L’histoire des produits de synthèse :

1833/34 : Dumas et Peligot isolent l’aldéhyde cinnamique de l’essence de cannelle.

1844 : Cahours trouve dans l ‘essence d’anis, son constituant principal : l‘anéthol.

Le chimiste Anglais : William Henry Perkin synthétise en 1868 le principe odorant de la fève tonka : la coumarine.

La coumarine est utilisée la première fois en 1882 dans la Fougère Royale créée pour Houbigant.

1869, découverte de l’héliotropine utilisée dans Après l’Ondée, Après l’ondée qui contient également la molécule de l’aldéhyde anisique découverte en 1887.

1874, Les chimistes Tiemann et Reimer fabriquent industriellement la vanilline.

1880 découverte des notes cuir qui sont présentes dans les cuirs de Russie : les quilonéines, n’oubliez pas qu’il y a eu plusieurs cuirs de russie, celui de Chanel, de Guerlain et bien d’autres ..

1888, le Chimiste Baur réalise un musc artificiel beaucoup moins coûteux que le musc tonkin, (ce dernier est interdit dorénavant!)

1889 Jicky Guerlain utilise dans beaucoup de produits naturels  (qui donnent une alchimie unique avec la peau ), les premiers produits de synthèse : coumarine , vanilline et linalol pour booster la vraie vanille, et la fève tonka .

Dans les années 1900 , Moureu et Delange découvrent l‘Octine et l ‘heptine carbonate de Méthyle, à la note violette (feuilles)

1903 : Blaize et Darzens participent à la création des aldéhydes

La société Dupont va avoir des fabrications réputées comme les ionones, les méthylionone, crées vers 1905 ; ainsi que l’aldéhyde alpha amylcinnamique, l’acétivénol.

1908 : création de l’ hydroxycitronnellal en partant de l’essence de citronnelle etc..à cette date, création de  la note pêche (C14) qui sera utilisée la première fois dans Mitsouko.

Des grandes découvertes comme l’hédione 1962(Firmenich) (isolée du jasmin )a permis la création du sublime parfum : Eau Sauvage de Dior.

Le sandalore ajouté au santal naturel ont permis la création de Samsara.

L’ethyl maltol a été créé en 1963 » : fameuse note caramel utilisée la première fois dans Angel de Mugler.

1966 : la calone : note marine utilisée pour la premièe fois dans New West Aramis

Les damascones 1970 (isolées de la rose) (Firmenich) ont été utilisées pour la première fois avec brio pour la création de Nahéma et Jardins de Bagatelle.

1973 la création d’une molécule très utilisée : iso e super note boisée très douce.

1990 l’Helvétolide : un musc poudré

Créativité et découverte :

Chaque année de nouvelles molécules de synthèse apparaissent ainsi que des nouveautés dans les naturels.

Conclusion

Un parfumeur constitue son orgue avec environ 1000 produits au total, qu’il choisit en fonction de ses affinités dans un choix : naturel et synthèse de 5000.


Les produits de synthèse ont apporté à la parfumerie des notes qui ont enrichi l’orgue du parfumeur : la note violette, la note lilas, lys, muguet, fruits etc .que l’on ne peut obtenir de façon naturelle,

 Toutes ces découvertes concourent au développement, au renouvellement, à l’enrichissement de la création en Parfumerie.

Un parfum contenant beaucoup de produits de synthèse, serait plus linéaire et plus stable sur de nombreux supports : touches, tissus, peau etc, il sera aussi plus tenace et aura plus de sillage.

Un parfum contenant plus de produits naturels que de produits de synthèse va évoluer en fonction de chaque peau, et sera parfois « méconnaissable « ce genre de parfum possède des vibrations différentes. Il aura un supplément d’âme.

Donc l’idéal est d’avoir dans une fragrance des produits naturels en grande proportion et des produits de synthèse qui seront plus des produits qui viendront en compléments.

Le plus important au-delà de tout ce débat naturel/ synthèse :

Pour avoir un beau parfum :  il faut à l’origine une idée créative forte, une belle esthétique olfactive, une orchestration bien maitrisée par un parfumeur talentueux.

Sylvaine Delacourte

Nez, parfumeur, passionnée par Guerlain.

Articles liés

AMBRE

La Notion d’ambre est assez complexe, levons un peu le…

Les hespéridés, agrumes, citrus

Par ces grandes chaleurs, j’ai eu envie de fraicheur et…

L’histoire du oud

Histoire du OUD  L’oud est utilisé depuis des siècles à des…

2 Discussion to this post

  1. Nikias dit :

    Honnêtement, superbe article. Nous l’avons déjà mentionné dans notre FAQ et je voulais écrire un article un peu plus complet sur le sujet. En effet, dans l’imaginaire des gens, synthétiques = mauvais ! c’est bien dommage. Car même si nous mettons en avant le côté naturel de nos parfums, ils seraient de beaucoup moins bonnes qualités sans les synthétiques. Cela permet de réaffirmer, renforcer voir même fixer un parfum. Cet article est vraiment génial afin de dédiaboliser les matières premières de synthèse.

    Si un parfum est correctement formulé, le synthétique et le naturel cohabite en parfaite harmonie.

    Et l’exemple le plus concret que vous donner c’est tout de même ce parfum iconique n5 de Channel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tapez votre mot-clé de recherche, et tapez sur Entrer pour rechercher