Famille Chyprée

4 janvier 2009 par Sylvaine

FAMILLE CHYPREE
On peut dire d’un parfum qu’il appartient à la famille chypre. Mais d’où vient ce mot ? Qui a créé le premier chypre ? Vous pensiez comme moi que c’était Coty ? J’ai une autre façon de voir les choses (voir ci-après).

On entend souvent dire qu’il vient de l’île de Chypre qui était au centre du commerce des parfums de l’Orient et était aussi renommée pour ses gants parfumés à la mousse de chêne.

954a4497989e4d09

feuilles de patchouli

En réalité, l’origine n’est pas vraiment connue.


L’absence de formulations très spécifiques des parfums chypres anciens s’explique par le nombre restreint de recettes connues à leur sujet. Les matières premières disponibles ont peu varié jusqu’au XIXème siècle et leur domaine d’utilisation reste limité.

Les poudres à poudrer les cheveux, les perruques, les poudres à sachet…, qui portaient des patronymes chypre, ont des formulations très voisines. Elles renferment muscs, civette et ambre, séparément ou ensemble, avec de la mousse de chêne, de l’iris et du souchet.

Il y avait aussi des recettes d’oiselet de chypre qui demeurent les seuls chypres à brûler portés à notre connaissance. Ce sont des sortes de trochisques (cassolettes, parfumoirs) que l’on jette dans le feu pour en recevoir une odeur agréable et corriger la malignité de l’air et qui, en brûlant, s’envolent peu à peu à la façon des oiseaux.

Recette d’un oiselet de chypre selon Lémery : charbon de saule, gomme adragante, eau de rose, labdanum, musc civette, ambre gris, styrax, benjoin, bois de Rhodes et essence, cannelle, girofle et élémi.

Enfin, musc, civette et ambre sont presque toujours présents dans les esprits ou eaux de chypre. Dejean mentionne, au XVIIIème siècle, que l’eau de Chypre se distingue des autres eaux par le musc et l’ambre.

Les chypres de transition

Ils correspondent à la période entre la fin du Second Empire et la grande guerre, riche de grands progrès scientifiques technologiques et industriels. C’est l’arrivée de la synthèse organique qui met à disposition des parfumeurs de nouvelles molécules telles que la vanilline en 1874, la coumarine en 1878, les ionones (notes violette) vers 1884, les muscs nitrés en 1888…

Cette période correspond aussi à l’apparition de nouvelles technologies d’extraction.

De nombreux extraits dénommés chypre sont créés, en cherchant à se démarquer des anciens chypres tout en préservant un vague accord de base.

Quelques noms de chypre de cette époque : vous pouvez voir que Guerlain est très présent sur le terrain des chyprés !

Eau de Chypre (Guerlain vers 1850)

Chypre de Tentation (Roger et Gallet 1893)

Cyprisine (Guerlain 1894)

Chypre (Lubin 1898)

Chypre de Paris (Guerlain 1909)

Alors que les parfums restent élitistes et à diffusion limitée jusqu’à la grande guerre, Coty rompt la tradition, en 1917, avec son Chypre, le premier parfum grand public à retentissement exceptionnel. François Coty a été le premier à faire du marketing sans le savoir! Il a réussi à faire une publicité remarquable de ce parfum. Et je pense que c’est pour cela que l’on ne se souvient que de lui.

Plusieurs dizaines de parfums au patronyme chypre suivent jusque vers 1950, début de la parfumerie contemporaine.

L’accord chypré classique est constitué de bergamote, jasmin, rose, patchouli, mousse de chêne, labdanum et notes animales éventuellement.

Désormais, nous avons sur le marché des chyprés contemporains où la mousse de chêne et le ciste labdanum ont été remplacés par le patchouli.

la mousse de chêne étant interdite par l ifra (allergisante), elle est remplacée chez Guerlain par une mousse  d’arbre naturelle , chez d’autres elle peut êtreremplacée par l ‘evernyl

Ce terme chypré est assez énigmatique pour une cliente. On peut parler alors de senteurs de sous-bois, de bois, senteurs automnales, empreinte de mystère, de charisme, de magnétisme, pouvant être féminines ou masculines.


Chypres  classiques

Chypre Vert : Miss Dior de Christian Dior (1947)

Chypre fruité :Mitsouko de Guerlain (1919) – Première utilisation de la note C14 en parfumerie.

mitsouko_halo

autres Chypres fruites plus modernes :

Femme de Rochas (1944)

Coco Mademoiselle de Chanel (2001)- Nouveau Chypre

Miss Dior Chérie de Christian Dior (2005) – Nouveau Chypre

Parure de Guerlain désormais abandonné

Chypre fatal dans la collection elixirs charnels (exclusifs)

Chypre fleuri :

Aromatics Elixir de Clinique (1972)

Paloma de Paloma Picasso (1984)

eau du soir de Sisley (1990)

Idylle de Guerlain a également une facette chyprée

Chant d’arômes

rose barbare dans les exlusifs maison Guerlain


Chypre musqué : Narciso Rodriguez for her (2006) – Nouveau chypre

Chypre aromatique /cuiré:

Aramis d’Aramis (1965)

Antaeus de Chanel (1981°

Songe d’une nuit d’été Guerlain  2012 dans les exclusifs Guerlain

Cabochard de grès (1959

tres hespéridé :

Eau Sauvage Extrême de Christian Dior (1984)

eau de Guerlain

Monsieur Chanel


A la « Maison GUERLAIN », il y a 3 chypres : Rose Barbare et Chypre Fatal dans la série « Elixirs Charnels ».  et Songe d’une nuit d’été,Dans les rééditions parisiennes Philtre d’Amour et Attrape Cœur :désormais arrêtés

Tags:   · 6 Commentaires

Laisser un commentaire

» Abonnez vous au flux RSS des commentaires de ce billet

6 responses pour l'instant ↓

  • Bonjour Sylvaine,

    Cet article est très intéressant, notamment sur l’origine de l’appellation Chypre en parfumerie. Il serait intéressant de savoir si les parfums Guerlain antérieurs au Chypre de Coty, étaient déjà formulés selon le canevas typique de cette famille. Cela m’interesserait beaucoup d’en savoir plus !

    • merci de vos commentaires , je penserai a faire un article complet sur les chyprés , mon prochain papier sera sur la guerlinade , mais j’aborderai un peu ce sujet la également!!

  • Lors de ma lecture de votre article, dans un premier j’ai été un peu crispé. « Quoi! Coty n’a pas inventé le chypre ?! » Style : la directrice artistique de chez Guerlain qui fait du révisionnisme dans l’histoire de la parfumerie.
    Mais apparemment votre position se tient (notamment quand on voit le mot « chypre » employé sur des flacons antérieur à celui de Coty). Et c’est toujours très intéressant d’avoir plusieurs avis pour avoir du recul.

    Décidément parfumerie présentent beaucoup d’expérience unique, autrement qu’olfactive. Par exemple la façon de dissimuler la vérité au client (composition fantaisistes), les débats : la peau personnalise le parfum… ou pas, et j’en passe.
    Aujourd’hui je réalise que même l’histoire de la parfumerie est sujette à interprétation. D’habitude les passionnés vérifient un peu plus la véracité de leur propos, et pourtant c’est la première fois que j’entends cette version de l’histoire du Chypre de Coty, je me dis que d’autres légendes urbaines doivent continué d’être colporté au sein même des communautés de blogueur.

    • Julien , je ne fais que répéter , et réveler ce que j’ai lu sur les livres de plus « savant que moi » sur ce sujet des chypres.
      COTY a eu le génie d’inventer le « marketing » c’est peut être pour cela que chypre de coty a fait oublier les guerlain qui ont été créés avant !
      sur le sujet de la peau qui parfume le parfum , j’en suis intimement convaincue! je l’ai vérifié depuis une quinzaine d’années avec les parfums Guerlain et fait vérifié ce phénomène par d’autres nez ! Je découvre encore aujourd’hui de nouvelles choses sur le parfum, on n’a jamais fait le tout du sujet ! c’est ce qui fait que ce monde est merveilleux et doit rendre humble! bien a vous

  • [...] une fois de plus sur le blog de Sylvaine Delacourte que l’on retrouve l’histoirique la plus pertinente de cette famille de [...]